prix

  • On 26 November the French National Assembly has rejected proposed law 3146 "encouraging a reduction in CO2 production through the development of direct load control". This proposal is the latest instalment in a saga which began several years ago, intending to use public money (a tax on consumed electricity) to subsidise a non-profitable business activity carried out by private operators: residential demand response. Since this issue concerns other countries in Europe and North America, the discussion below is of interest to readers outside of the French borders.

  • L’Assemblée nationale débattra le 26 novembre de la proposition de loi 3146 «  tendant à favoriser la baisse de la production de CO2 par le développement de l'effacement électrique diffus », qui a fort heureusement été rejetée le 18 novembre par la Commission des affaires économiques. Cette proposition est le dernier avatar d’une saga commencée il y a plusieurs années, destinée à subventionner sur les deniers publics (en l’incluant dans la Contribution au Service Public de l’Electricité) une activité non rentable entreprise par des opérateurs privés: l’effacement diffus.

  • Les économistes préconisent de recourir à un prix des émissions polluantes pour coordonner les activités humaines mais c’est une solution qui rencontre de nombreuses oppositions. Ce billet en explore les causes.

  • The recent visit of President Hollande to French West Indies is an opportunity to discuss one of the components of France’s Contribution to the Public Electricity Service, namely the compensation for higher cost of production in zones that are not connected to the continental French power grid (Corsica, overseas departments, Saint Martin, Saint Barthélemy, Saint Pierre and Miquelon, the Brittany Islands of Molène, Ouessant, and Sein, the Glénan archipelago and the Chausey Channel Islands).

  • La visite du président Hollande aux Antilles est l’occasion d’évoquer l’une des composantes de la Contribution au Service Public de l’Electricité, à savoir la compensation des surcoûts de production dans les zones non interconnectées au réseau électrique métropolitain continental (Corse, départements d'outre-mer, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon, îles bretonnes de Molène, d'Ouessant, de Sein, archipel des Glénan et île anglo-normande de Chausey).

  • La discrimination tarifaire consiste, dans sa forme la plus simple, à vendre un même produit à des prix différents selon les acheteurs, les volumes, les lieux, les dates, les modes de paiement, etc. Cette pratique commerciale a très mauvaise presse. Elle est d’ailleurs proscrite par le droit de la concurrence. Pourtant elle possède des qualités d’efficience et d’équité qui méritent d’être prises en considération. Pour comprendre la divergence de vue entre économistes et juristes sur ce sujet, le marché de détail de l’énergie britannique offre une bonne entrée en matière.

     

  • tarif-electricite
    Le 11 avril dernier, le Conseil d'Etat annulait les tarifs réglementés de l’électricité vendue par EDF entre juillet 2012 et juillet 2013, et demandait au gouvernement de prendre un nouvel arrêté pour augmenter rétroactivement les tarifs bleus (28,7 millions de foyers) et les tarifs jaunes (appelés à disparaitre fin 2015). Le résultat probable sera...
Subscribe to prix